RIP Tatie Danielle, t'inquiète pas, d'autres ont pris le relais...

Publié le par lauriane-ide

Alors que Tatie Danielle, alias Tsilla Chelton, a tiré sa révérence, je me dois de faire un article sur toutes ces grands-mères qui parfois nous mènent la vie dure à l'hôpital...

http://media.paperblog.fr/i/568/5685024/tatie-danielle-morte-L-5uKjG0.jpeg

En effet, certaines dames d'un âge avancé ont dû regarder un peu trop ce classique du cinéma français ! Une de mes dernières patientes me l'a prouvé il y a quelques nuits. Malgré la patience dont nous faisons preuve car nous sommes avant tout des soignants, certains patients nous mettent les nerfs à rude épreuve. Dans la vie, je ne fais pas preuve d'une patience exemplaire mais dans ma vie professionnelle, je me soigne et donc je me rattrape un peu. Mais parfois, il faut se retenir pour rester soignant... Allez, je vous raconte ?

Nous avons à prendre en charge une patiente se présentant pour un problème de maintien à domicile. Eh oui, rien que le début est à expliquer. Enormément de patients âgés arrivent de leur domicile pour un problème de maintien chez eux car trop fatigués, trop dépendants, ils ne peuvent plus rester chez eux en débit des aides à domicile parfois existantes (mais parfois absentes). Ils sont souvent envoyés par leurs familles, leurs conjoints qui fatiguent, leurs médecins ou infirmiers qui s'inquiètent. Ce motif de consultation aux urgneces, même s'il est compréhensif, nous désespère un peu car les urgences ne sont souvent pas adaptées à une prise en charge de qualité pour ces patients. Manquant déjà de lits (surtout l'été) pour des prises en charges de gens ayant des pathologies somatiques nécessitant une hospitalisation, il nous est difficile de trouver une orientation adéquate pour ces patients. Mais nous ne refusons jamais personne et nous les plaçons après une attente souvent interminable sur un brancard à l'UHCD (unité d'hospitalisation de courte durée) en attendant une meilleure solution, du moins la majeure partie du temps.

Donc, nous prenons en charge à l'UHCD une patiente venant car elle a décidé elle-même qu'elle ne pouvait plus rester chez elle. Jusqu'à présent elle vivait chez elle avec des aides une fois par semaine. Plutôt que d'augmenter les aides ou d'organiser un placement en maison de retraite, elle arrive chez nous.

Le début de la nuit s'est très bien passé. Nous nous sommes beaucoup plus occupés de sa voisine (attendant une place au bloc opératoire depuis 2 jours pour une fracture au niveau de l'humérus) que d'elle mais parce que c'était nécessaire alors que la patiente "Tatie Danielle" ne se plaignait d'aucun maux. Mais, alors que tout le monde commençait à dormir dans le service, la patiente à la fracture nous demande le bassin pour uriner. Nous l'installons, puis revenons le chercher. Une fois partis de la chambre, la sonnette sonne à nouveau. Etonnées, nous y retournons avec ma collègue aide-soignante pour découvrir que c'est la voisine qui souhaite elle aussi le bassin. Ah, vous n'auriez pas pu le demander en même temps ? Bref... Mais à domicile, vous allez bien aux toilettes seule ? Bah oui mais là non. Ah bah, finalement, ma collègue ne lui laisse pas le choix et l'accompagne aux toilettes. Il faut quand même savoir que notre boulot ne consiste pas à faire à la place des gens mais de les aider à faire le plus longtemps possible !

Elle parvient très bien à aller aux toilettes. Puis nous repartons. A peine installés au bureau, elle sonne à nouveau. Nous y retournons et elle nous demande un verre d'eau (elle a le pichet et le verre juste devant elle...). Ah, vous n'auriez pas pu le demander en même temps ? Bref, nous lui servons un verre d'eau en lui conseillant de dormir à présent car sa voisine a aussi besoin de sommeil !

Elle nous redemande quelques heures après le bassin et nous refusons à nouveau. La dame n'est absolument pas contente ! Mais dites, parmi mes lectrices, beaucoup préfèreraient faire pipi dans un bassin plutôt qu'aux toilettes ? ;-) Tatie Danielle n'est vraiment pas contente. Quand nous revenons à son lit, elle se laisse tomber dedans. Par conséquent elle n'est pas bien installée. Pour son confort, nous lui demandons de plier les jambes afin de pousser pour nous aider à la remonter. Elle refuse à nouveau et nous demande de la porter. En accord avec ma collègue, nous décidons de la laisser dans cette position. En lui expliquant ceci, je ne fais pas le bonheur de cette patiente qui me tape fort au niveau du bras et de l'épaule (eh oui une mamie, ça peut taper fort !).

Nous repartons avec ma collègue assez remontées envers notre patiente. Nous la retrouvons plus tard lors de notre deuxième tour de la nuit avec un peu d'eau dans son lit, d'une quantité d'un verre environ. Elle dit avoir renversé "sans faire exprès" son pichet dans le lit. Mais, fait étrange, le pichet est droit sur la table près d'elle, avec encore de l'eau dedans et le couvercle présent. L'aurait-elle fait exprès ?

Elle nous fait le coup plusieurs fois dans la nuit de nous appeler pour nous demander à chaque fois, de manière désagréable de faire des choses à sa place, ce qui ne manque pas à chaque fois de réveiller sa voisine.

Pour finir en beauté, nous la retrouvons à notre troisième tour, avec un lit détrempé, un pichet vide et par terre ayant inondé la chambre ! Nous n'avons plus aucun doute sur les intentions de cette patiente et quand nous l'interrongeons, elle nous a dit que la raison c'est parce que nous sommes méchantes !

Alors trop bonne, trop conne ! Nous aurions pu entendre qu'elle était angoissée à cause de la nuit, nous aurions pu entendre tout et n'importe quoi. Mais nous ne sommes pas payées pour faire les choses à la place de, nous ne sommes pas payées pour porter les gens quand ils se portent eux mêmes... Nous sommes soignantes mais pas esclaves ! Finalement, nous avons appris à la fin de la nuit que cette dame avait été hospitalisée à la demande de ses voisins le mois dernier car elle les avait tous réveillés sans raison pendant toute une nuit. Et nous avons également appris que la fille ne souhaitait pas la récupérer chez elle la veille (et donc c'est pour cela qu'elle est restée aux urgences) et préférait partir en vacances le lendemain ! Et oui, des fois, tout le monde en a marre !!!

Publié dans Anecdotes

Commenter cet article

TA COUPINE AVC LE MEME CALVAIRE DEUX ETAGES + HAUT 18/07/2012 02:48

Je te remercie pour cet article, de très loin un des meilleurs que j'ai pu lire sur ton blog car je m'y suis beaucoup reconnue !! au fil de tes lignes, je souriais un peu plus de voir qu'on vit les
memes choses..j'ai quasiment la meme vieille aigrie grincheuse ( et j'en passe des adjectifs...) en ce moment ds le service, c'est juste horrible ! y'a des moments t'a plus de patience et t'a envie
de dire a ces pauvres gens de se prendre en main, que t'es pas leur bonne, etc etc... hélas, ce n'est malheureusement en général plus possible.. t'a pas choisi le meilleure service ou tu vois tte
la misère sociale, et de nuit en plus, ma copine est folle !
En tt K, j'espère que cette mamie pire qu'affreuse trouvera vite une solution d'accueil et qu'elle ne se casse jamais un os ! En attendant, j'ai suffisamment affaire avec ttes les autres
"Danielles" fracturées !
je te fais plein de gros bisous ma lolo, je vais me coucher et tenter de rattraper le marchand de sable qui m'a ce soir oubliée ( il n'est que 2h49 et je bosse demain)

lauriane-ide 18/07/2012 16:29



Merci ma copine avec le même calvaire deux étages plus haut ! Tu as laissé le meilleur commentaire que je n'ai jamais eu !! Et ça fait plaisir de savoir que je ne suis pas la seule à vivre ça...


Quand est-ce que tu es en repos et qu'on se fait un ciné ? Pour oublier les Taties Danielles !?