Je cherche, je cherche...

Publié le par lauriane-ide

Dans l'article précédent, je donnais déjà le ton de ce nouvel article... Alors me voilà pour vous conter la recherche clinique au niveau infirmier ! Durant cette dernière semaine de cours, un infirmière de recherche clinique ainsi qu'un cadre infirmier très penché sur la recherche clinique sont venus nous voir pour nous ouvrir à cette évolution de notre profession.

Il faut savoir qu'il y a très peu de temps que la recherche clinique, avec des projets au niveau infirmier j'entends, se développe. En septembre 2009, le gouvernement a sorti de son chapeau un truc étrange : le PHRI = le Programme Hospitalier de Recherche Infirmière. Les infirmiers intéressés devaient déposer un dossier (racontant ce qu'ils souhaitaient rechercher) avant le début du mois de janvier 2010. Ils avaient donc 3 mois pour trouver un sujet d'étude, monter ce dossier de projet de recherche et on connait tous les problèmes administratifs que cela peut engendrer (accords, validations, comité d'éthique) nécessaires mais longs et fastidieux.

Malgré le cours laps de temps, les infirmiers se sont bougés pour déposer des dossiers, plus de 80... Finalement 15 projets ont été retenus par le ministère du travail, de l'emploi et de la santé dont 2 au CHU d'Angers !!!

Le cadre de santé venu nous voir, Laurent Poiroux, porte un de ces projets (pour plus d'informations sur le projets déposés, cliquez ICI) et j'avoue qu'il m'a donné envie de développer cet esprit critique sur tout ce qui est fait dans notre profession, aussi bien au niveau technique qu'au niveau relationnel (soutien, accompagnement, éducation...). Ce professionnel a même créé la Société Française des Infirmiers en Soins Intensifs et s'implique énormément en France et à l'étranger pour le développement de la recherche infirmière.

Alors pourquoi pas me recycler dans la recherche clinique ? Je pense sincèrement que cela fait partie de l'évolution de notre profession car oui, nous, les infirmiers, nous ne sommes pas que des piqueuses, ni les sous-fifres des médecins. Je pense que nous réfléchissons de plus en plus sur ce que nous mettons en place, nous avons un sens clinique très développé, nous avons de bonnes idées, nous sommes "pratico-pratique" et nous avons beaucoup à transmettre de nos observations. Avec le soutien des médecins, nous pouvons devenir des professionnels très performants et très utiles (bien que nous le sommes déjà, évidemment !).

Toute cette évolution vient également de la réforme des études infirmières, car en attiegnant un niveau licence, nous pouvons espérer un jour atteindre le doctorat... D'ailleurs, l'école formant, entre autres, les directeurs d'hôpitaux, l'EHESP (l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), ainsi que l'université d'Aix-Marseille, ont mis en place les premiers masters en soins infirmiers.

http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/images/stories/Dessins/couv_22.jpg

Alors, moi, il ne reste plus qu'à peaufiner mon anglais, indispensable pour lire tous les documents publiés dans le monde...

Commenter cet article