Comme d'habitude...

Publié le par lauriane-ide

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQUDJjG5hGnEZwm8ruQj2f6OjZunCVgt4LO4cMZbzwNhTUgYi6C

 

J'adore cette chanson, je ne sais pas pour vous mais moi j'adore ! C'est une des plus belles chansons françaises... Dommage qu'elle n'ait pas été chantée par Brel (je ne suis pas fan du tout de Claude François, mais après, chacun ses goûts...).Bref, je n'écris pas un nouvel article pour parler chanson mais pour parler des habitudes dans le travail. J'ai choisi d'aller travailler aux urgences en partie pour échapper à une certaine routine. Moi qui apprécie tant la routine agréable de ma vie privée, je ne peux pas la supporter dans ma vie professionnelle. Je ne pourrais pas apprécier autant mon métier si je savais exactement ce qui m'attend le lendemain, si je suivais mes patients depuis plusieurs jours déjà, voire plusieurs semaines.

S'il y a bien quelque chose que j'ai remarqué depuis que je suis infirmière (ça me fait toujours bizarre de me dire que ça y est je suis infirmière !) aux urgences, c'est qu'il n'y a pas un jour qui ressemble à l'autre. D'un jour à l'autre, et même d'une heure à l'autre, l'activité peut être complètement modifiée.

Toutefois, malgré le fait que nous ne puissions savoir s'il va y avoir beaucoup de travail ou pas, j'ai remarqué une certaine loi des séries. Et oui, même aux urgences, il peut y avoir une certaine "routine" tout à fait limitée. Quand j'ai commencé à travailler je me suis rendue compte que beaucoup de patients (que des hommes, je tiens à le préciser) arrrivaient aux urgences pour chute d'échelle, tout ça car ils grimpaient dans les cerisiers pour faire les gourmands ! C'est pas beau la gourmandise !!! Il y a eu une période de chutes mécaniques, c'est à dire des chutes sans malaise, souvent des dames âgées. Les chutes mécaniques restent tout de même un motif important de consultations aux urgences... Enfin, il y a eu quelques jours où les gens arrivaient pour difficultés respiratoires, mais aussi pour suspicion d'embolie pulmonaire ou plein d'autres pathologies plus ou moins graves. On remarque que le dimanche après-midi, beaucoup de jeunes hommes arrivent parce qu'ils se sont blessés au football ou parce qu'ils ont essayé de bricoler sans succès. Bientôt ce sera l'époque des barbecues et des insolations. Mais avant il y aura la fin de l'année scolaire avec toutes les fêtes étudiantes et la fête de la musique et le lot de buveurs invétérés qui va avec !

Voilà, on remarque que même si les jours se suivent et ne se ressemblent pas, les pathologies, elles, connaissent une loi des séries...

 

Publié dans Anecdotes

Commenter cet article

bulinette 02/06/2011 18:45


c'est interressant comme article. Quand on ne bosse pas à l'hopital c'est vrai qu'on ne s'en rend pas compte.finalement, quelque soit le travail il y a toujours un peu de routine. Mais avec les
urgences, au moins les patients ne sont pas les mêmes (pour malheureusement parfois se retrouver face à des gens enquiquinants)


Michel ROBERT 02/06/2011 11:44


tu as juste oublié les réveillons avec les mains traversées par les couteaux à huitres mais c'est vrai que les accidents domestiques sont nombreux....et les échelles dangereuses.


lauriane-ide 05/06/2011 11:15



Mince tu as dévoilé mon thème de l'article que je comptais faire le 25 décembre !! ;-)